Union Athlétique Société Générale - Cyclisme : site officiel du club de cyclisme de PARIS - clubeo

UFOLEP Attainville 95 - Victoire UASG

14 septembre 2013 - 08:00

Cliquez pour lire le résumé détaillé de la course et la victoire!

Le CR de Hervé :

Sur la victoire - hier - de Gilo, voici ce que j'ai vu...


En ce samedi 31 aout 2013, dernier jour officiel de la saison ufolep 2012-2013, nous voici à Attainville (95) au départ d'un circuit de 7,5 km à faire 8 fois. Les conditions météo sont favorables et à 15H34 une centaine de troisième caté prend un départ assez raisonnable : toutes proportions gardées, ça reste une course Ufolep quand même. Trois représentants UASG - Gilo, JL Dupupet, Zeus - au milieu d'un peloton assez prudent, notamment aux abords de 3 virages casse gueule dans lesquels l'allure tombe à 12 à l'heure de part la poussière et la terre assez omniprésente. Comme sur un bon tiers du circuit d'ailleurs.

 

Dès le premier tour, JL Dupupet semble très en jambes, et bien que d'un naturel raisonnable, il arrive à s'extraire et s'échappe du peloton. Les couleurs UASG sont montrées, et assez logiquement JL n'insiste pas outre mesure et se laisse reprendre gentiment, sans brûler inutilement ses forces si tôt. Peu après d'autres échappées se forment sans cesse : à chaque fois le peloton relance de façon appliquée après chaque virage pris au pas et les échappées sont reprises dans le même tour. Le mauvais revêtement et les longs faux-plats montants commencent à laminer les corps. A l'arrière, autour de moi, 5 à 6 coureurs cèdent à chaque tour et le peloton - pourtant conséquent au départ- s'amenuise par l'arrière a vue d’œil. A mi-course, aucune échappée ne semble en mesure d'aller au bout, la tête du peloton, dont Gilo a chaque fois, se chargeant de rentrer rapidement sur les fuyards. La mi-course passée, Gilo dont la facilité est manifeste, et qui a déjà pesé sur chaque échappée, part seul. Une folie ? L'arrivée est très loin et malgré son coup de pédale facile il semble dangereux de partir si tôt. Sans donner l'impression d'hypothéquer définitivement ses chances à l'arrivée, il poursuit quand même son effort et pendant un tour complet il tient tête au retour du peloton. Il est finalement repris car semble l'avoir décidé, et vient se remettre au chaud dans les roues pour se refaire une santé. Dans une moindre mesure, notre bon docteur JL semble lui à l'aise à chaque relance, précis à chaque virage et sur chaque freinage, et à 3 tours de l'arrivée il n'est jamais au delà de la vingtième place, du tiers du peloton. Le peloton n'est plus que d'une cinquantaine de coureurs découvrant le vent dans les naseaux (et le cardio qui monte d'autant) je me résous à réintégrer l'arrière de la course bien rapidement. A la fin de l'avant dernier tour, Gilo après une courte pause au sein du paquet repasse à l'avant et attaque le virage de la relance du dernier tour en première position. Et ce malgré ses efforts au quatrième tour qu'il a fait seul fasse au peloton. Notre JL lui , malgré 7 tours comme tout le monde dans les jambes, semble assez peu entamé.
Au dernier tour l'adrénaline joue son effet, et dès la cloche passée tout le monde est en ordre de bataille. En théorie, comme il n'y a personne devant, il y a encore une cinquantaine de coureur qui peuvent gagner, ou qui croient pouvoir être en mesure de le faire. L'allure s’accélère inexorablement comme à chaque dernier tour Ufolep. Comme à l’accoutumée, personne ne s’écoute et ne reste raisonnable. Ca sent un peu les risques inconsidérés. Tout le monde veut remonter pour être devant, pour être en bonne position pour le sprint. A 4 kilomètre de l'arrivée, l'allure est suffisamment rapide pour faire passer à chacun l'envie de sortir, de tenter sa chance seul. Poutant JL tente lui de s'extraire, et il y arrive le bougre ! Lancé à bloc, notre UASG en blanc maintient une avance de 100 mètres sur le peloton lancé à bloc. On est à 3 km de l'arrivée. Derrière ca commence à rouler vraiment vite, les cadors sont devant, Gilo est là bien sûr, mais loyalement ne roule pas contre son ami. A son coup de pédale en ligne, il semble maîtriser la situation sans s'affoler. D'autres équipes se chargent d’accélérer le train et de tenter de revenir sur JL, la gagne est au bout. Le peloton s'étire sur une file, les jambes commencent à piquer et les esprits manquent de lucidité. A moins de 3 km de l'arrivée, l'écart avec JL - toujours dans la ligne de mire car la route est parfaitement dégagée - semble très légèrement en train de se réduire.

Le peloton est peut-être en train de rentrer sur notre fuyard UASG quand - badaboum - à 50 à l'heure, à hauteur de la quinzième place, chute ! En une fraction de seconde, un coureur a relancé en se levant de sa selle et son poursuivant -trop prêt, ou cuit- vient de toucher sa roue. Ce poursuivant tombe immédiatement, il est en travers de la route, et à cette allure, entraîne 3 ou 4 autres immédiatement par terre. En bonus, ils reçoivent une bonne trentaine de gars cramés sur le râble, le gros du peloton, dont moi. Pour le peloton à terre, à 2 km de l'arrivée, s'en est donc fini, on se relève tant bien que mal -RAS pour bibi - et rentrons un peu frustrés quant au final de l'histoire. La chute massive à hauteur de la quinzième place est intervenue quand le peloton essayait de rentrer - tant bien que mal - sur JL - Avec, aux avants poste qd il y a eu la chute, un Gilo extrêmement serein, costaud et manifestement lucide. Mais qui n'avait pas été avare en efforts durant toute la course ....alors que d'autres avaient peut-être caché leur jeu...

Je n'en sais pas plus pour la suite : j'y étais pas.

La fin par Gilo:

Pour continuer la suite du mail de Zeus :

Vers la fin de la course tout le peleton restant était en agitation totale, JL les a bien allumé au dernier tour avec son échappée. Nous n'avons pas entendu les cris de la chute et ça continuait à bloc. Mais le
doute s'installe car je n'ai pas vu la fusée Zeus à cet instant me passait à 60km/h. L'avant dernier virage qui se dessine en 180° sur un pont montant, j'étais en 10ème position, devant moi quelques furieux qui se préparaient à
attaquer la dernière descente, qui contient un gros dos d'ane, avant de prendre le dernier virage 90° descendant pour faire le sprint final.
Je savais que les premiers sortis du dernier virage feront le sprint de la gagne. Du coup, j'ai commencé l'attaque au début du pont sur la montée,
avec une grosse accélération sur la descente. Arrivé au fameux dos d'ane, je fais sauter le vélo tout en pédalant à fond, et c'est là où je dépasse tout le monde, sans penser au virage très difficile qui m'attendait à la fin de la descente.
Gros freinage à sec, le vélo devient instable, je suis presque à l'arrêt à la fin du virage, prêt pour attaquer. Un coureur coupe  le virage à ma gauche et se positionne à mon niveau. Tout à droite, je commence le sprint en force, j'avais encore les jambes, je donne tout,
5sec après, je ne vois plus personne à mon niveau, je continus à bloc, le coeur à 193 pulsations et la vitesse à 53km/h en passant la ligne blanche les bras levés!

Attainville

Commentaires

Hervé BORRUEL 28 août 2013 16:18

Prendrai également un dossard en 3. Y serai vers 13h45, 14h00, car ça peut être la dernière de Gilo en 3.

Staff
Gilbert Hannouche
Mathieu Bieloff est devenu membre 1 an
Jean-Luc Dupupet a commenté Samedi 8 Fev plus de 3 ans
Marc AUBREE a commenté Dimanche 9 Fev et Samedi 8 Fev plus de 3 ans
Jean-Luc Dupupet a commenté Samedi 8 Fev plus de 3 ans
Velodrome SQY 5 fev 2014 : nouvelles photos plus de 3 ans
Gilbert Hannouche a commenté Dimanche 9 Fev plus de 3 ans
Gilbert Hannouche a commenté Dimanche 9 Fev plus de 3 ans
Samedi 8 Fev plus de 3 ans
Samir Kadem a commenté Dimanche 2 FEV plus de 3 ans
a a a commenté Dimanche 2 FEV plus de 3 ans
Claude Ghisalberti a commenté Dimanche 2 FEV plus de 3 ans
david Lebrat a commenté Dimanche 2 FEV plus de 3 ans
Emmanuel Besse a commenté Dimanche 2 FEV plus de 3 ans
david Lebrat a commenté Samedi 1er FEV plus de 3 ans
Christophe JEAN a commenté Dimanche 2 FEV plus de 3 ans